fbpx

Scène Locale

Accueil » Scène Locale » interviews » Le bruit et l’Odor

Accueil » Scène Locale » interviews » Le bruit et l’Odor

Le bruit et l’Odor

On vous parlait de son très bon premier EP “Inodore” il y a peu, c’était donc le timing rêvé pour enfin poser quelques questions à Odor et à son DJ Spok pour mieux comprendre comment ce projet a réussi à s’imposer aussi rapidement sur la paysage rap angevin. Conversation bruyante et à bâtons rompus avec deux passionnés de sons, de rimes et de punchlines qui claquent, malgré les 20 ans bien tassés qui les séparent !

Tu as tout juste 23 ans, mais ton projet a tout de suite fait preuve d’une grande maturité. Tu rappes depuis quand ?

Odor : J’ai commencé à 15 ans, parce que je m’ennuyais. J’avais un grand frère qui écoutait des trucs de rap américain comme De La Soul, A Tribe Called Quest, etc. donc je baignais dans cette culture sans trop m’en rendre compte depuis longtemps. Je me souviens par exemple regarder les vidéos live de NTM quand j’étais en CM2. Et j’hallucinais !! Mais si je suis vraiment honnête, je dois bien avouer qu’une des premières artistes rap qui m’a remué -moi, mais aussi un paquet de gamins de ma génération- c’est Diam’s… J’ai aussi beaucoup écouté l’album « Les Histoires Extraordinaires D’Un Jeune De Banlieue » de Disiz La Peste, puis Orelsan. Bref, grâce à ces disques, j’ai trouvé dans le rap un bon moyen d’exprimer mes émotions. Mais au départ, je rappais surtout dans le bus scolaire pendant mes 45mn de trajet depuis ma campagne de Juvardeil… (rires)

Tu as toujours rappé en solo ou bien tu as eu un groupe ?

O: Vers 2016, je faisais partie d’un collectif qui s’appelait Pen Soul Case avec des potes dont certains commencent aujourd’hui eux aussi à se faire un petit nom comme AsTec ou Cezur. On cherchait à rapper à tous les open mics qu’on trouvait, on voulait exister. Mais je me suis jamais senti obligé d’appartenir à une famille bien précise. J’ai toujours travaillé avec plein de gens différents.

En 2018, tu as sorti une première mixtape, « Jeu de fléchettes », qui était déjà super aboutie, des instrus jusqu’à la pochette, en passant par les flows et les textes.

O: J’ai toujours eu conscience qu’il fallait que je bosse avec les meilleurs dans leur discipline. Donc quand j’ai eu besoin d’une pochette par exemple, je suis allé demandé à celui que je considérais comme le meilleur graphiste que je connaissais : Gast Senseï du Groove Clan. Pour le master des instrus live, j’étais allé demander à Achaiss, qui travaille aujourd’hui avec Thylacine. Je veux toujours m’entourer des meilleurs pour ce que je ne sais pas faire seul. Et je peux être assez exigeant, avec les autres et avec moi-même. Mais j’ai aussi conscience d’avoir eu la chance de croiser les bonnes personnes au bon moment, comme Pepso de Rezinsky (aujourd’hui Stav) qui m’a présenté plein de gens, qui m’a invité sur un titre de Rezinsky, ou les gens du Chabada qui m’ont bien aidé à préparer le Buzz Booster dont j’ai remporté la finale régionale en 2018.

Et comment tu t’es retrouvé avec Spok, malgré vos 20 ans d’écart ?

O: Par hasard, en fait ! Je me suis retrouvé en galère de DJ un jour la veille d’un concert. J’étais un peu en panique, et tout le monde me disait « Y a que Spok qui pourra te tirer de là ! » (rires) Donc j’ai fini par le contacter, et la date s’est hyper bien passée, comme si on avait toujours bossé ensemble. On n’a pas arrêté depuis.

Spok : C’est clair, c’était dingue. Moi, en plus, c’était une époque où le rap commençait un peu à me saouler. Je refusais tous les plans que me proposaient les rappeurs du coin. J’étais plus trop dedans. J’ai accepté Odor parce qu’il y avait un cachet à la clé, mais je ne me faisais pas tellement d’illusions. Et en fait, il y a eu une pure alchimie entre nous. C’était évident pour tous les deux à la fin du concert qu’on allait continuer à bosser ensemble ! Et puis en apprenant à se connaître, on a réalisé qu’on avait plein de points communs : les vieux groupes de rap via son frère, les nouveaux groupes que j’avais découverts via les gamins des maisons de quartiers, on a aussi tous les deux travaillé dans l’animation d’ailleurs… Bref, on se nourrissait mutuellement de choses, et on se comprenait. Et surtout on est tous les deux des gros bosseurs. On sait tous les deux qu’il ne se passera rien si on attend que ça nous tombe tout cuit dans le bec. Donc on est tous les jours au turbin. On n’a pas l’argent pour payer des gens pour faire tel ou tel taf, alors on apprend à le faire nous-mêmes. Du coup, maintenant, Odor commence à produire ses propres instrumentaux, il bidouille de la vidéo, etc. C’est un vrai travail collaboratif, et pas chacun de son côté.

Sur « Inodore », votre premier EP ensemble, il y a huit titres et presque autant d’ambiances différentes. C’est une carte de visite ?

O: En fait, ces morceaux, je les ai écrits juste après la sortie de « Jeu de fléchettes ». Ils datent donc d’il y a deux ans déjà. Je voulais les sortir aussi pour tourner une page, parce qu’aujourd’hui on est dans une nouvelle dynamique avec Spok. Tout ce dont il vient de te parler, ça s’entendra sur les prochains morceaux. Sur « Inodore », les instrumentaux sont encore signés de différents beatmakers. Mais oui, j’ai aussi voulu plein d’ambiances différentes pour ne pas me laisser enfermer dans un seul style. C’est aussi pour moi un challenge de voir si je serai capable d’être aussi crédible dans des morceaux plus introspectifs comme sur « Lumière » avec Nerlov en feat. que sur « Baby Mama » qui est volontairement plus racoleur, voire carricatural, que sur les gros bangers qui font pogotter les gens en concerts.

Tu as une écriture très précise. On sent que tu travailles beaucoup tes textes.

O : J’ai beaucoup été inspiré par la plume du rappeur Alpha Wann qui était auparavant dans le groupe 1995. C’est lui qui m’a donné envie de jouer sur les assonances, sur les mots qui se ressemblent, créer des rimes en milieu et pas forcément en fin de phrase, etc. Je trouve que ce type utilisait son flow comme un saxophoniste de jazz, en se permettant des notes qui pouvaient donner l’impression de parfois être à côté de la grille, mais qui apportaient justement un groove particulier. Ça demande beaucoup de technique pour le placement de la voix, et beaucoup de travail d’écriture, oui. C’est pour ça que j’ai toujours été un gros bosseur, parce que j’ai tout de suite compris que ça ne viendrait pas tout seul. Je voulais tout mettre de mon côté pour faire un maximum de bruit !

Ne loupez pas Odor sur scène, avec Joh Berry, le 27 Mars au 122https://www.facebook.com/events/1447443258756146/

LE 11/03/2020