fbpx

Scène Locale

Accueil » Scène Locale » interviews » ATELIER NaN : CONCOURS DE BITS

Accueil » Scène Locale » interviews » ATELIER NaN : CONCOURS DE BITS

ATELIER NaN : CONCOURS DE BITS

Vous êtes déjà dans le futur et vous ne le savez pas. Il y a bien longtemps qu’il ne suffit plus de savoir jouer d’un instrument pour composer de la musique. Dès le début du 20ème siècle, Edgar Varèse abandonne les méthodes de composition classiques pour jouer directement avec la matière sonore. Les musiciens n’ont eu de cesse depuis de chercher à synthétiser et recréer/moduler les sons qui les entourent. L’atelier de recherche NaN (Not A Number) est le fruit d’un travail expérimental collaboratif entre des étudiants de l’ESAD Tours-Angers-Le Mans (École supérieure d’art et de design, qu’on connaissait sous le nom de Beaux-Arts par le passé) et des étudiants de Polytech-Angers (qui fait partie du regroupement national d’écoles d’ingénieurs polytechniques). Ils ont cherché à tester les frontières du live-coding. Kezaco ? Explications avec Mathieu Delalle, enseignant à l’ESAD.

Le live coding, ça consiste en quoi ?

C’est une façon de composer de la musique électronique en utilisant le coding informatique en direct. En clair, le musicien entre une ligne de code informatique dans un logiciel qui va lancer une boucle d’un son préalablement défini. La ligne de code apparaît sur un écran visible du public en même temps que le son se déclenche. Au fur et à mesure que le morceau avance, le ou les musicien.ne.s se trouvent à composer/improviser en jouant avec les algorithmes. Il existe désormais une véritable scène nationale et internationale de live coding. C’est un prolongement assez naturel des premières musiques jouées sur des synthétiseurs.

Et qu’est-ce que l’atelier de recherche NaN (Not A Number) veut creuser là-dedans ?

Généralement, quand on entend collaboration entre des écoles comme les nôtres, ça cache souvent de la simple sous-traitance : ceux qui ont le savoir-faire technique exécutent une commande pour ceux qui ne savent pas faire. Là, on a voulu que les étudiants travaillent véritablement ensemble. Qu’ils mutualisent leurs connaissances, qu’ils réfléchissent ensemble à ce qui leur manque, comment ils peuvent l’inventer, et pour quoi faire. Ce qui est donc intéressant pour nous, c’est que le live coding est un outil intuitif et créatif. C’est-à-dire que contrairement aux logiciels de MAO (Musique Assisté par Ordinateur) habituels, le logiciel SuperCollider sur lequel nous travaillons est un logiciel libre et évolutif. On peut donc créer nous-mêmes des programmes et des fonctions dont on a besoin et les incorporer au logiciel de départ. On peut donc ajouter une somme infinie de nouveaux sons et de nouvelles façons de les manipuler/modifier.

Tout se passera donc exclusivement du clavier à l’écran ?

Non, car on a aussi voulu inventer de nouvelles interfaces, et ne pas se contenter du clavier pour lancer des sons. Par exemple on a construit une machine qui fait tourner une sorte de palme qui vient heurter des clous disposés en cercle, et chaque clou heurté va déclencher un son. La vitesse de rotation de cette roue va donc influer sur le rythme de ces sons. Les étudiants vont aussi devoir composer avec ces contraintes qui vont évoluer dans le mix. On aura aussi un vélo d’appartement, et la personne qui pédalera aura un capteur de rythme cardiaque qui déterminera le BPM (Beat Par Minute) du morceau. On veut une vraie conversation entre du langage informatique et des déclencheurs très physiques, presque artisanaux. On sera entre le concert et l’installation.

Comment va se dérouler la soirée Echos Numériques du jeudi 19 Mars ?

A 19h00, il y aura la conférence «Technologies, usages et créations… quel renouveau dans la musique ?» de Fabrice Jallet. A 20h30, il y aura une performance expérimentale d’une quinzaine d’étudiants de l’atelier assez proche de ce qu’on connaît dans la musique concrète, ou l’ambient, où le public pourra voir une œuvre se créer en direct sur un écran. En gros, c’est le processus qu’il ne voit jamais d’habitude puisque que le compositeur fait ça tout seul chez lui. Pour finir à 22h00, les étudiants utiliseront le même logiciel, mais dans une optique plus festive, assez electro, pour faire danser les gens. Tout ça gratuit, bien entendu !

Toutes les infos pour la soirée Echos Numériques ici: https://www.lechabada.com/events/echos-numeriques/

En raison du Covid-19, l’atelier NaN à quelques mètres de l’arrivée au Chabada a été stoppé et comme tout le monde sommé de quitter les lieux.
Maintenant confinés et disciplinés, les étudiants se sont retrouvés sur le bon canal et ont décidé de faire chacun chez soi, ce qu’ils savaient faire ensemble, dans les ateliers de L’ESAD TALM Angers.

Alors voilà chaque semaine accompagnés de Julien Bellanger l’Artiste-Host, NaN vous propose de se retrouver sur http://zoneblanche.org/stream.html pour écouter et regarder ses Jam session LiveCoding en streaming.

LE 24/02/2020