Le Chabada présente
Thylacine
+ Première partie
ven 06 mars 2020
20:30
Le Chabada
CARTE CHABADA : 18€ / PRÉVENTE : 23€ / GUICHET : 26€
Restauration sur place
Si vous aimez : Moderat, Fakear, Rone
Thylacine
electro

Si le voyage s’est considérablement démocratisé, il semble aujourd’hui ne plus avoir la même portée symbolique et le regard que l’on porte sur l’ailleurs s’est appauvri à grand renfort d’images instagrammées et standardisées.
Pour Thylacine, le voyage a valeur de pèlerinage, c’est autant une quête initiatique qu’une source intarissable d’inspirations. C’est en itinérance qu’il compose ses musiques, pour mieux restituer ses impressions, puisant sa matière sonore au gré de ses pérégrinations, s’imprégnant des paysages et des cultures qu’il traverse. En résulte une bande-son aussi contrastée qu’harmonieuse, où se mêlent des instruments traditionnels à une electronica lumineuse, élégante et majestueuse. Comme l’illustre sa dernière carte-postale “Anatolia”, enregistrée en Turquie dans la région d’Anatolie, sur les notes orientales d’un instrument local, le bağlama, dont il a appris à jouer, et s’inspirant de l’énergie sombre de la techno d’Ankara.
Après la Sibérie et l’Argentine, le voyageur-compositeur angevin poursuit son récit d’aventures musicales. Il nous accordera une halte pour nous ouvrir à ses nouveaux horizons musicaux et partager un trip aussi envoûtant que dansant.

En savoir plus :

Thylacine © Fabien Tijou

Si le voyage s’est considérablement démocratisé, il semble aujourd’hui ne plus avoir la même portée symbolique et le regard que l’on porte sur l’ailleurs s’est appauvri à grand renfort d’images instagrammées et standardisées.
Pour Thylacine, le voyage a valeur de pèlerinage, c’est autant une quête initiatique qu’une source intarissable d’inspirations. C’est en itinérance qu’il compose ses musiques, pour mieux restituer ses impressions, puisant sa matière sonore au gré de ses pérégrinations, s’imprégnant des paysages et des cultures qu’il traverse. En résulte une bande-son aussi contrastée qu’harmonieuse, où se mêlent des instruments traditionnels à une electronica lumineuse, élégante et majestueuse. Comme l’illustre sa dernière carte-postale “Anatolia”, enregistrée en Turquie dans la région d’Anatolie, sur les notes orientales d’un instrument local, le bağlama, dont il a appris à jouer, et s’inspirant de l’énergie sombre de la techno d’Ankara.
Après la Sibérie et l’Argentine, le voyageur-compositeur angevin poursuit son récit d’aventures musicales. Il nous accordera une halte pour nous ouvrir à ses nouveaux horizons musicaux et partager un trip aussi envoûtant que dansant.

En savoir plus :

Thylacine © Fabien Tijou