Thylacine

Electronica-trip-hop

jpg-thylacine1200

© Romain Rivière

Thylacine est sorti de l’ombre de sa chambre d’étudiant il y a tout juste un peu plus de deux ans, mais ses premiers tubes qui fleuraient alors encore bon le trip hop (« No Mic Stand », « Foch ») paraissent déjà dater d’une autre vie. Non pas qu’ils ne sonnent plus aussi bien aujourd’hui, mais le jeune producteur angevin semble vouloir tracer sa route à vitesse grand V sans jamais se retourner. Chaque nouvel EP (“Exil“ est son quatrième en deux ans !) creuse donc le fossé avec son prédécesseur, s’éloignant même de plus en plus des musiques électroniques telles que les danseurs l’entendent généralement, pour se diriger vers des expérimentations répétitives de motifs rythmiques à la Philip Glass ou Steve Reich. A en croire sa fulgurante ascension (il a rempli la grande salle du Chabada de 900 personnes pour sa carte blanche en Janvier dernier), Thylacine réussit le pari dingue de rencontrer toujours plus de succès au fur et à mesure qu’il complexifie sa musique et qu’il s’éloigne des formats pop.

LE 1/09/2015