Scène Locale

Accueil » Actualités » REZINSKY : RETOUR VERS LE FUTUR

Accueil » Actualités » REZINSKY : RETOUR VERS LE FUTUR
23 février 2018

REZINSKY : RETOUR VERS LE FUTUR

REZINSKY

Le duo Rezinsky (RezO aux instrumentaux, Pepso Stavinsky au micro) avait créé la surprise à la sortie de leur excellent premier disque, « Les Hérétiques », paru en 2015. Quelques maxis avaient depuis laissé entrevoir un glissement plus électronique dans leur approche du hip hop. Tout le monde attend donc de pied ferme ce « Mal Poli » (prévu à la fin du printemps) qui se devait de taper encore plus fort, cracher encore plus loin, et pisser encore plus haut. Pari réussi ! Explications avec Pepso, avachi dans un fauteuil…

Lorsqu’on avait fait l’interview à la sortie des « Hérétiques », tu m’avais dit que tu espérais bien pousser RezO encore plus loin de ses bases de production pour votre prochain disque… C’est chose faite !

On compose pourtant toujours de la même manière : RezO trouve des samples, à partir desquels il finit par construire un beat, et sur lequel je pose mes textes. Le truc, c’est que parfois les samples trouvés sont de trop mauvaise qualité sonore pour être utilisés tels quels. On est donc parfois obligé de les rejouer avec des claviers, voire même de les abandonner en cours de route. C’est sans doute ce qui a fini par donner cette couleur plus électronique à ce nouveau disque. Mais c’est aussi le fruit de plusieurs paramètres. En 2016, on a fait beaucoup de concerts. On a donc pu voir ce qui fonctionnait ou pas sur une scène. Nos instrumentaux provenaient par exemple de sources très variées et c’était une belle galère à harmoniser pour notre sonorisatrice. On savait donc qu’on voulait corriger ça pour le nouvel album. On a fait appel à Atom (C2C, Beat Torrent) au départ pour de simples arrangements, puis au fur et à mesure, il s’est retrouvé à la réalisation de tout « Mal Poli ». Il a tout de suite compris notre projet et vu ce qu’il pouvait y apporter. Il a aussi fallu se poser une question essentielle. Depuis 2015, le rap est entré dans une profonde phase d’évolution. Tout allait très vite. Il y avait de nouveaux artistes de trap qui déboulaient avec des identités très marquées, de fortes personnalités. Si on devait continuer Rezinsky, ça ne pouvait pas se faire en se contentant de rejouer la formule des « Hérétiques ». Il fallait qu’on avance nous aussi, qu’on réapprenne à composer, à rapper. Sans forcément nous perdre.

C’est plutôt réussi. Parce que si ce disque ne sonne pas du tout comme un nouveau « Les Hérétiques », on retrouve tout de même votre univers.

Oui, c’était ce qui demandait le plus de travail. Il a bien fallu quatre ou cinq mois de maturation, faite de beaucoup de mimétisme au départ, pour ensuite retrouver nos bases. Désapprendre pour réapprendre. Je voulais pouvoir m’approprier les codes de la trap à ma sauce et pouvoir aller encore plus loin dans les thèmes que je creuse depuis quelques années, sur les rapports hommes-femmes notamment. On voulait quelque chose de plus brut et à la fois de plus travaillé que « Les Hérétiques ». De plus provocateur et aussi de plus fragile. C’est la première fois par exemple que j’ose parler de mes parents. J’ai trente ans, je n’ai plus envie de parler uniquement de teufs et de défonce tout le temps. Il y a plein de choses très personnelles que je veux encore explorer à travers l’écriture et le rap. J’ai envie d’écrire sur l’enfance par exemple. Cette musique a tellement changé ma vie que je ne peux pas la trahir en ne faisant le taf qu’à moitié. Je sais bien que je n’en ferai pas mon métier toute ma vie. Mais cette musique m’a transformé humainement, socialement, artistiquement. Je veux pouvoir me regarder dans un miroir et me dire que j’ai tout fait pour progresser et avancer à la hauteur de ce que le rap m’a apporté.

NB: Le disque ne sortant qu’à la fin du printemps, nous n’avons encore pas d’extraits de « Mal Poli » à vous faire écouter. Patience… 

Tu en parlais tout à l’heure. J’imagine que le fait d’avoir beaucoup joué en concert pendant la composition de ce disque a forcément dû vous influencer ?

Oui, c’est un disque conçu pour la scène, c’est évident. Parce que tout simplement c’est la scène qui nous fait exister. C’est là où on rencontre le public, c’est là qu’on peut aller toucher de nouvelles personnes. Et c’est aussi ça qui nous fait vivre, très basiquement. C’est notre métier aujourd’hui. Donc oui, on a pu réaliser quels types de morceaux fonctionnaient le mieux sur le public. D’abord en regardant comment faisaient les têtes d’affiches avec qui on jouait pour que le public soit à fond derrière eux dès le premier refrain. Ce n’est pas qu’une histoire d’exposition médiatique. C’est aussi une façon de composer, de laisser de la place au public. On a pu expérimenter nos nouveaux morceaux sur scène avant de les enregistrer, et on a pu voir tout de suite avec des titres comme « Mal Poli » ou « Eléphant » que les gens kiffaient. Ils ne nous connaissaient pas en entrant dans la salle pour 90% d’entre eux, mais sautaient dans tous les sens et chantaient avec nous sur les refrains. On a besoin de cette énergie pour nous dépasser encore plus, et pour rentrer chez nous avec l’envie d’écrire de nouveaux titres !

Vous réussissez aussi l’exploit d’être crédibles au sein de la communauté hip hop, et de plaire à des gens qui n’en sont pas du tout issus. A l’image des featurings de Nerlov (VedeTT), de Camille (Després) ou de Odor sur l’album ?

En fait, je suis revenu vivre à Angers il y a trois ou quatre ans. J’ai vécu sur Paris pendant quelques années auparavant. Et depuis que je suis revenu vivre ici, je trouve qu’il se passe des tas de choses complètement dingues au niveau culturel dans cette ville. Il y a des tas de gens qui font des trucs admirables en musique, en arts visuels, etc. Ca me booste à mort. J’ai aussi voulu que ça apparaisse dans cet album. Je suis d’ailleurs très fier que ça soit sur un album de rap que se retrouvent pour la première fois à chanter ensemble deux des meilleurs représentants de la scène electro-pop angevine, à savoir Nerlov, le chanteur de VedeTT, et Camille, la chanteuse de Després. Leur participation au morceau l’emmène tellement plus loin que ce qu’on aurait pu faire tout seuls. Ce morceau (« Nuages ») sera l’un de ceux qu’on va clipper pour le mettre davantage en avant à la sortie de l’album. Pour la participation de Odor, ça s’est décidé presque à la dernière minute. On avait nos idées de featurings depuis un moment déjà avec RezO. Mais le rappeur à qui on avait pensé pour ce morceau n’était finalement plus disponible. Et ces derniers mois, j’ai halluciné sur l’évolution ultra-rapide de Odor. Il sort de nouveaux morceaux hyper régulièrement et grimpe une nouvelle marche à chaque fois. Il m’impressionne vraiment. Du coup, ça a été une évidence de l’avoir sur le disque. Et je fais une apparition sur sa mixtape également.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/399437019″ params= »color=#ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&show_teaser=true&visual=true » width= »100% » height=’300′ iframe= »true » /]

https://www.facebook.com/rezinsky/